Languages disponibles :
  • fr
  • en



 

 




Rapport du 9ème Congrès Panafricain du Comité International de Médecine Militaire

-

9ème Congrès Panafricain
du Comité International
de Médecine Militaire

Ministère des Affaires Etrangères,
Brazzaville, République du Congo
25-27 Septembre 2012

Rapport

-


Rapport du 9ème Congrès Panafricain du
Comité International de Médecine Militaire


Le 9ème congrès du groupe de travail régional panafricain de médecine militaire s’est tenu à Brazzaville (République du Congo) du 25 au 27 septembre 2012. A côté de la participation importante du service de santé du pays hôte, on notait la présence de nombreuses délégations venant du Cameroun, de Chine, de Côte d’Ivoire, de France, du Gabon, du Mali, du Maroc, de Mauritanie, du Nigeria, de République démocratique du Congo, du Sénégal, du Soudan, de Tunisie.

Le thème général était : « La médecine militaire et les grands fléaux africains ».

On retiendra en particulier de très nombreuses communications concernant la gestion de la pandémie d’infection à VIH/SIDA dans les forces armées africaines.

A côté de présentations statistiques et descriptives, on remarquait plusieurs initiatives originales pouvant être reproduites par d’autres pays et dont l’exposé entrait parfaitement en résonance avec l’esprit fondateur du CIMM.

Quelques communications rendaient compte des secours ayant été rendus nécessaires par l’explosion du dépôt de munitions de Brazzaville le 4 mars 2012. Ce rapport d’expérience d’afflux massif de blessés graves et de secours apportés par des pays amis était elle aussi bien conforme à l’esprit du Comité. Une table ronde sur le paludisme a réuni plusieurs experts et a permis de confirmer que le problème était réel pour certaines armées africaines en opérations et que des efforts restaient à faire pour l’identification des cas, la surveillance épidémiologique et la mise sur pied d’un programme de lutte.

Assemblée régionale : La question de la différence entre le Comité panafricain de médecine militaire et le GTR panafricain du CIMM a été abordée et clarifiée.

Un plan d’action pour les deux années à venir a été défini :
1. Identifier un thème de travail. Le choix s’est finalement porté sur le diabète et l’hypertension dans les armées africaines.
2. Réfléchir à un cours destiné à perfectionner les auteurs militaires africains en méthodologie et en savoir faire de la communication scientifique.

Un appel a été fait pour l’organisation du prochain congrès. Avant de retenir une candidature définitive il a été décidé de confirmer la volonté d’un des pays francophones et de faire également appel à candidature vers les pays anglophones qui étaient absents.

Le congrès s’est achevé par une soirée de gala animée par des groupes de chanteurs et de danseurs africains.